La robotique industrielle : pour qui ?

La robotique industrielle ne s’adresse pas uniquement à de grands groupes ayant des capacités de production très élevées. Sous-équipé par rapport à l’Allemagne, l’Italie ou l’Espagne, le réseau de PME en France dispose d’un vrai potentiel de croissance et de développement par le biais de la robotisation. Parmi les points de blocage, un coût trop élevé et une mise en œuvre trop complexe sont souvent évoqués.

 

Un investissement à long terme
 
 

la robotisation contribue à développer l’activité, augmenter la productivité et améliorer la qualité des produits. La ligne de production peut par exemple fonctionner plus longtemps, permettant de diminuer les coûts de production et d’amortir l’outil robotique. Le coût d’un robot a également énormément baissé, avec un ROI n’excédant pas 2 ans pour les installations complexes. De plus, un tel projet est souvent bénéfique pour l’image de l’entreprise et donne un élan différenciant, innovant, dans l’approche industrielle, aussi bien vis-à-vis des clients que des fournisseurs et des salariés.

 

Une solution adaptée aux petites productions
 
 

Il suffit de reconfigurer un robot, voire de changer ses équipements périphériques, pour l’assigner à d’autres tâches. Plus flexible, il est donc aussi adapté à la production de petites séries.

 

Une gestion de production facilitée
 
 

Le robot est un outil standard fabriqué en grande quantité. Ses caractéristiques sont parfaitement connues. Il est facile d’entretien, avec des pièces de rechange disponible aisément, au contraire d’une machine spéciale par exemple.

 

 

Développer les compétences en interne
 
 

Une PME ne dispose pas toujours de ressources en interne afin de gérer le robot. L’intégrateur accompagne la PME dans son projet de robotisation et forme les opérateurs afin qu’ils soient autonomes dans la gestion de la cellule de robotisation.

 

L’exemple de Sud Aéro
 
 

Actemium a déployé une solution robotique dans une usine de Sud Aéro, PME qui fabrique et assemble des éléments de structure aéronautiques. Plutôt que de délocaliser, cette PME a choisi de robotiser afin de diminuer son coût de production et augmenter sa rentabilité. Objectif atteint puisque ce coût a diminué de 30 % tandis que la PME prévoit l’embauche d’une vingtaine de nouveaux collaborateurs.

 
&nbp;