Home Performance Energétique Optimisation d’air comprimé L’air comprimé, la quête du rendement
Le tremplin de votre performance
Optimisation d'air comprimé

L’air comprimé, un vecteur énergétique indispensable à faible rendement

Pratique à mettre en œuvre, simple, flexible et instantané : l’air comprimé est un vecteur énergétique unanimement adopté dans l’industrie, d’autant plus que sa puissance est facilement stockable et transportable. Il permet par ailleurs des utilisations spécifiques dans l’industrie et peut directement intervenir au sein des processus de production.

Pourtant, bien que l’investissement de départ soit relativement abordable, le bilan économique prenant en compte les coûts d’exploitation de l’installation globale change rapidement la donne.

En effet, le rendement des installations à air comprimé se situe souvent entre 10% et 15%, jusqu’à 20% pour les plus efficaces. Les solutions pneumatiques peuvent avoir un rendement jusqu’à 8 fois inférieur aux solutions purement électriques.

Cette faible efficacité s’explique par le mode de production, les pertes en réseau (fuites, perte de charge) et au niveau des outils et équipements pneumatiques.  

Sur de nouvelles installations, tout étant à définir, la phase de réflexion est primordiale et il sera important de se poser les bonnes questions (notamment nombre de kWh consommés / quantité de produis finis).

Sur des installations existantes, la première étape consistera à identifier les dérives et les principaux postes de dépenses pour pouvoir les corriger. Il sera ensuite nécessaire d’adapter le système de manière optimale, entre une pression toujours plus élevée et un bilan économique acceptable.

Comment réduire les dépenses énergétiques des installations à air comprimé ?

L’énergie est le premier poste de dépense de l’air comprimé. Par exemple, un compresseur de 75kW mal utilisé peut engendrer un surcoût énergétique de 35%, soit près de 15 000€ par an. Pour éviter cela, nous vous accompagnons sur :

  • Le redimensionnement des équipements, comme les compresseurs, sécheurs, réservoir, diminution de la pression
  • L’optimisation énergétique, via des investissements sur compresseurs à vitesse variable ou sécheurs à économies d’énergie, l’intégration d’automatismes de gestion, récupération des calories (air, huile)
  • La maintenance des équipements : campagnes de détection de fuites, mise à disposition de rapports…