Smart Maintenance
31/10/2017

La maintenance industrielle optimisée grâce à la GMAO

En centralisant les données liées à la maintenance industrielle, de la demande client au suivi de l’intervention, la GMAO en simplifie la gestion tout en apportant une valeur ajoutée certaine : la possibilité de capitaliser sur les données recueillies pour les analyser et en tirer des scénarios d’amélioration de la maintenance des équipements.

« Pour qu’une intervention de maintenance se déroule correctement, 3 points sont essentiels : la machine doit être disponible, le technicien doit avoir la bonne compétence pour intervenir et les pièces de rechange doivent être en stock », explique Pierre Ménard, responsable commercial chez Actemium Maintenance Dauphiné.

Ces 3 points sont précisément au cœur de la GMAO (Gestion de la Maintenance Assistée par Ordinateur), un outil logiciel qui permet de centraliser les données liées à la maintenance pour la faciliter, de celles du personnel aux données techniques.

Si certains clients disposent de leur propre GMAO, Actemium propose l’utilisation de la sienne pour plus d’efficacité dans ses interventions et leur suivi.

GMAO2

 

La GMAO, une base de données pour organiser les interventions

Toutes les informations concernant les techniciens sont centralisées dans la GMAO, qui en permet le recoupement pour planifier les interventions au mieux. Chacun d’eux dispose par exemple d’habilitations particulières, auparavant consignées dans un fichier sur le serveur de l’entreprise, ce qui en limitait l’accès. Avec la GMAO, « nous pouvons renseigner leurs habilitations avec les dates de renouvellement, ce qui permet d’avoir une alerte (indicateur) quand elles approchent », explique Sophie Caron, ingénieure maintenance chez Actemium. Lorsque la base de données est interrogée pour une intervention, le technicien disposant des bonnes habilitations sera ciblé.

 

Un même logiciel pour tous, de la planification au suivi commercial

GMAO3La GMAO simplifie et fluidifie également la planification des interventions. « Les assistantes disposent d’une vue globale, claire, de tous les techniciens. Eux reçoivent sur leur smartphone ou tablette les prochaines interventions planifiées, en direct et au fur et à mesure », détaille Lucas Romagnoli, ingénieur méthodes chez Actemium Maintenance Rhône-Alpes.

À ces notifications s’ajoutent d’autres informations, comme le plan de prévention associé qui mentionne les consignes de sécurité chez le client et donc les équipements de sécurité à prévoir en conséquence.

« Nous utilisons tous le même logiciel, aussi bien les responsables d’affaire que le chef d’entreprise ou les commerciaux. Le suivi commercial d’un client est similaire à celui d’une machine d’un point de vue informatique. Toute cette traçabilité est faite via le CRM du logiciel sur lequel je mets l’ensemble des rendez-vous, des suivis, des comptes rendus, plutôt que d’ouvrir un autre logiciel », explique Pierre Ménard.

 

Travailler à distance tout en étant proche de son entreprise

Actemium a privilégié une GMAO permettant la mobilité : le technicien intervenant sur un équipement dispose, depuis une tablette ou smartphone, de documentation technique, des procédures, indexera des photos… « La GMAO offre les meilleures méthodes de travail possible : le bon schéma, la bonne procédure accessible à distance et en direct, sans l’obligation d’avoir des documentations papier ou de repasser à l’agence », Indique Lucas Romagnoli. Le technicien rédige le rapport directement sur tablette plutôt qu’en fin de semaine, ce qui permet de disposer des informations en direct plutôt que d’attendre le passage du technicien en fin de semaine pour le rendu des rapports.

Ces envois « en direct » fluidifient logiquement le traitement des rapports. Aujourd’hui, Lucas Romagnoli estime qu’entre 3 et 5 jours de travail par assistante et par mois ont été gagnés grâce à la GMAO.

 

Bien paramétrer la GMAO en amont des projets

Avant toute chose, bien paramétrer et construire la GMAO permet de récupérer facilement les indicateurs nécessaires, faire des analyses de fonction… « Lorsque nous installons la GMAO, nous définissons l’arborescence de l’équipement. Elle peut être géographique et/ou fonctionnelle (par type d’équipement, par exemple tous les postes à souder) », explique Sophie Caron. De son côté, le technicien peut retrouver directement sur l’arborescence un équipement et les informations qui le concerne.

La maintenance au « juste à temps » est le but de notre métier : faire le minimum de maintenance pour la meilleure efficacité de la machine

Le paramétrage de la GMAO comprend par ailleurs une multitude d’éléments à définir, des processus d’intervention au plan de maintenance préventive. « Nous utilisons par exemple des QR code pour la gestion du stock, précise Sophie Caron. Lorsqu’un technicien prend un article, il flashe le QR code correspondant. La sortie de stock est automatiquement enregistrée et permet ensuite un réapprovisionnement automatique ».

 

Exploiter l’historique des équipements avec la GMAO

GMAO 4La GMAO ne se limite pas à faciliter l’organisation des interventions. Le compte rendu du technicien après chaque intervention l’enrichit et permet de disposer d’un historique des pannes.

« Nous réalisons des extractions de données pour voir la machine qui occupe le plus de temps ou coûte le plus cher en maintenance de façon à pouvoir l’optimiser. Nous la comparons à d’autres équipements identiques, relevons ses points critiques… Cet historique nous permet de mettre à profit notre expérience lorsqu’on retrouve une machine similaire sur un autre site. C’est la traçabilité de notre savoir-faire », explique Pierre Ménard. « La maintenance au « juste à temps » est le but de notre métier : faire le minimum de maintenance pour la meilleure efficacité de la machine ».

Cela contribue à apporter plus de recul au client sur son équipement, d’aller plus loin que la demande initiale, comme l’illustre Lucas Romagnoli. « Chaque mois, nous devions réaliser un contrôle des éclairages de secours pour un client. Il s’agissait de vérifier 1000 points de sécurité et fournir les analyses de défaillances. Nous sommes allés plus loin en plaçant des QR codes sur chaque éclairage, à flasher par le technicien, ce qui permet de s’assurer que tous ont été contrôlés et testés, de certifier l’heure et le jour de passage ».

Pierre Ménard conclut : « En proposant notre propre GMAO aux clients, nous sommes force de proposition, nous réalisons nos propres synthèses facilement, notre historique en termes de suivi, nous avons des leviers d’optimisation, proposons des améliorations pour être un vrai partenaire du client plutôt qu’un simple exécutant ».

Share Facebook Twitter LinkedIn LinkedIn