FAQ

Qu’est ce que la robotique industrielle ?
 

La robotique industrielle permet d’automatiser certaines tâches en intégrant un robot à votre chaîne de production.

Un robot est livré nu : en l’état, il n’est pas à même de réaliser les tâches demandées. Le travail d’un intégrateur comme Actemium est de spécifier, étudier, réaliser et intégrer le reste des éléments nécessaires à son fonctionnement.

Le bras du robot est équipé d’un outil lui permettant de réaliser les opérations industrielles. Le robot dispose également de périphériques (convoyeurs, outillage de positionnement, systèmes de détection…) et d’éléments liés à des servitudes (armoires d’alimentation en énergie, système de supervision de la cellule robotique, interface homme-machine…). Cet ensemble constitue une cellule robotique.

Le robot peut également être intégré à une chaîne de production ou, à plus grande échelle, au sein d’un atelier ou d’une usine orientée sur une approche d’usine robotique.

Découvrez toutes les applications de la robotique industrielles

 

Que peut m’apporter l’installation d’un robot au sein de mon atelier ?
 

En vous permettant d’automatiser certaines opérations sur votre chaîne de production, la robotique industrielle vous permet :

  • D’améliorer votre capacité de production
  • D’être plus compétitif en diminuant les coûts de production
  • De garantir une qualité constante des produits et une fiabilité du process de production
  • De réduire les TMS et la pénibilité

 

Quel est le coût d’un robot ?
 

Un robot nu a un coût relativement accessible, de l’ordre de 20 à 80 000 € dans 80 % des cas. Seul, il ne peut cependant rien produire. Il doit donc être intégré dans une application industrielle, ce qui lui apportera toute sa valeur ajoutée. Dans les cas où la robotisation est évidente, le ROI est de quelques mois. Pour d’autres, suivant les secteurs industriels et la complexité de l’application, il peut atteindre 2 ans.

 

Je dirige une PME ; la robotisation, ce n’est pas pour moi
 

Au contraire : adapté aux petites séries, améliorant les process de production, augmentant la productivité, facile à entretenir, permettant le maintien de l’emploi en région… Un robot présente de nombreux avantages pour les PME.

Plus de précisions ici 

 

Y-a-t‘il différents types de robots industriels ?
 
 

Bien sûr. Tout un panel de robots existe : petits ou de grande dimension, puissants, rapides, avec plus ou moins d’axes, avec des zones de travail différentes… On trouve ainsi le robot cartésien, souvent utilisé dans les applications de palettisation, le robot polaire, utilisé comme robot manipulateur ou encore le robot SCARA, utilisé entre autres pour l’assemblage complexe.

 

La robotique est un sujet trop complexe. Je n’ai pas le personnel pour gérer le robot en interne.
 

L’une des forces d’Actemium réside dans son réseau d’entreprise. Où que vous soyez, l’une d’elle sera située à proximité et sera à vos côtés dans ces évolutions. De plus, Actemium vous accompagne de A à Z et forme vos collaborateurs à la conduite du robot.

 

Cobotique, robotique : quelle différence ?
 

La cobotique est une évolution récente majeure de la robotique, ancrée dans l’industrie du futur et qui participe à replacer l’homme au cœur de l’usine. Ce néologisme vient des mots « coopération » et « robotique » et correspond à la collaboration entre un homme et un robot. Concrètement, un cobot a pour objectif de travailler en interaction avec l’homme, au plus près de lui, au contraire d’un robot qui travaille seul. Il conduit à la notion d’homme augmenté, où le robot est au service de l’homme. Il peut s’agit de réaliser des tâches pénibles, d’assistance à l’effort,… L’intégrateur a un rôle essentiel dans la réalisation d’applications liées à la robotique collaborative, comme l’analyse des risques et des modes opératoires.

 

Un robot peut-il remplacer l’homme dans toutes ses tâches ?
 

Le robot aide et assiste, effectue les tâches répétitives, à faible valeur ajoutée ou dangereuses pour l’homme. Ce dernier est toujours aux commandes. Il n’est pas pertinent de robotiser certaines tâches, pour des raisons de coût d’une part mais aussi car rien ne remplacera l’homme. Aucun robot n’est aussi précis que l’œil humain ou que son toucher par exemple. L’usine du futur est ancrée dans une approche de la robotique qui remet l’homme au cœur de l’usine, et qui lui permet de se réaccaparer l’outil de production. La cobotique s’inscrit totalement avec ce mouvement. Robotiser, ce n’est pas détruire de l’emploi. C’est améliorer sa productivité et sa compétitivité, éviter la délocalisation, permettre aux opérateurs de travailler à des postes plus intéressants.

 

J’ai déjà une machine spéciale, pourquoi la remplacer par un robot ?
 
 

La machine spéciale présente une approche très spécifique : elle répond à une situation ou un besoin précis, à un instant donné. Si le produit, les contraintes ou l’organisation évolue, elle est tellement spécialisée et spécifique à une application qu’elle sera très difficile à faire évoluer. En cas de changement, elle devient obsolète. À l’inverse, le robot est flexible : il suffit de le reconfigurer pour s’adapter aux nouveaux besoins.

De plus, un robot est extrêmement fiable : s’agissant d’un produit standard réalisé en des milliers d’exemplaires, ses caractéristiques en termes de fatigue, d’usure, de fiabilité sont parfaitement connues, au contraire d’une machine spéciale, donc unique, conçue pour un besoin précis et dont les caractéristiques (rapidité d’usure, etc.) sont spécifiques et seront découvertes au fil du temps.

 

&nbp;